J1/3 – Brassages à Sorgues

Jour 1 des Brassages à Sorgues contre Sorgues et Avignon

…c’est alors que tout repris. Se retrouver devant le gymnase, mais désormais pour le compte des -12, s’embrasser et se demander si aujourd’hui encore tout le monde répondra présent. Effectif au complet départ prévu à 13h00, on démarre. Sur place, les Sorguais s’entraînent, ils bougent bien et certains tirent fort. Nous allons nous changer, enfiler pour certains celui des -12 pour la première fois, c’est mon maillot pour un an. Fierté, excitation, crainte. nous sortons du vestiaire et les Avignonnais sont arrivés et s’échauffent déjà. Ils sont grands, vraiment grands. On va avoir mal, ils vont nous bouger. Direction les tribunes. On s’assoit et on observe.

Zoé et Antoine arbitrent Avignon-Sorgues. On les encourage, Le match se termine sur un match nul 6-6.

Nous sommes prêts à entrer dans l’arène, il faut que ça commence, les jambes nous démangent, les bras s’agitent. Aïe, et si on perdait ? En place, face à Avignon, coup de sifflet, quelques secondes de jeu et but, puis but, rebut, but et but. Mince de mince, on mène déjà 5-0. C’est alors que tout repris, la vitesse, le jeu collectif, une libération contenue, concentrée jubilatoire. Ca fuse dans tous les sens, la fatigue ne vient pas dans ce match qui va durer 20 minutes. Les copains et les copines nous remplacent. Ils continuent notre match, le terminent pour eux, pour nous : 19-1. On ne ne s’attendait pas à un tel écart.

Second match, Sorgues s’avance après un temps de repos et de congratulation. Se reconcentrer, se remobiliser. Aller, finalement nous pouvons y arriver. Mise en jeu, dribble, passe, but. On perd. Bon seulement 1-0, mais on perd. Les entraîneurs donnent leurs consignes, on écoute et c’est alors que tout a repris. La défense devient terrible, l’attaque tranchante, on respecte nos adversaires dans le corps à corps et dans le jeu. Le respect se termine par un score de 14-2.

On a tout donné mais on en veut encore. Hélas c’est fini pour aujourd’hui. On s’est regardé, on a rigolé, on a partagé des craintes, du dépassement de soi, de la solidarité et la victoire. C’est alors que tout repris… comme l’an passé.

Joueurs convoqués : Tess, Corenthin, Adrian, Audric, Baptiste, Antoine, Kemil, Tristan, Noé, Zoé, Malo, Edwin, Raphaël et Margot nous ont accompagnés sans jouer.